© 2019  _em

emile morin

art électronique et multidisciplinaire

Installations et installations scénographiques

ma création avec Recto Verso

L'art du plongeon

 

<L'art du senti et de l'expérience s’opère par une implication sans distance, bien au-delà de l'idée du participatif. Il nécessite, au départ, une disponibilité non plus cérébrale, mais plutôt un abandon (souvent inconscient) du corps même du visiteur lui-même, avec ses multiples capteurs installés à bord.(...)

 

 L'implication directe de notre système sensoriel et perceptif est fortement mise à sollicitée et parfois volontairement déstabilisée de manière à amplifier l'écoute ou l'expérience de l'écoute. Et c’est justement cette déstabilisation qui provoque et crée les conditions d’écoute aiguë et consciente nécessaire à l'art qu'on nomme immersif et qu'on pourrait simplement appeler, l'art du plongeon>

De l'importance du délai

 

<À l’intérieur de ces études de mises en relation de données émergent des modes de connexion multiples et variables, nécessitant la création d’une nouvelle syntaxe, qui permette de comprendre cette profusion, d'y jeter un regard et d'en proposer une lecture. Et, sans être neuve, car elle est employée depuis des siècles afin d’illustrer et de comprendre divers phénomènes, la visualisation des données repose maintenant sur des paradigmes plus complexes encore, qui bousculent les codes de représentation qui l’ont régie. Elle offre, en un sens, une nouvelle représentation du monde, un nouvel alliage, un nouveau média.>

 

Avec Recto Verso

 

 

Fortement marqué par une mise de l’avant d’une application intégrale de la multidisplinarité, ne voyant la résultante non plus seulement sous l’angle du théâtre, mais aussi sous celui des arts visuels et médiatiques. Plusieurs travaux où le renversement des procédures usuelles d’écriture dramatique, l’intégration de dispositifs technologiques complexes et une attention particulière à l’espace scénographique (l’installation scénographique) comme moteur de l’écriture ont nourri ce que j’en suis venu à nommer l’esthétique de la complexité.