BNpano1.jpg

Boîte noire

 

Développé à partir d’un dispositif vidéographique permettant la capture et la manipulation de 24 sources vidéo indépendantes. Dispositif permettant la multiplication des points de vue simultanés propre aux systèmes sophistiqués de surveillance devenus omniprésents dans notre environnement immédiat.

Le regard multiple, le détournement des mécanismes de perceptions, la simultanéité de points de vue ont toujours été au centre des préoccupations qui ont nourries l'installation.Autour d’un dispositif technologique initiateur, sagissant comme un amplificateur de certains principes perceptuels. On s’intéresse ici au regard insidieux propre à la nature de la surveillance et la décortication du temps par l’image et sa manipulation. Ces nouveaux regards viennent complexifier notre relation au monde, notre perception de celui-ci.

 

Boîte Noire est une installation où le visiteur est pris entre sa position de voyeur et d’observé. Comme une extension de notre champ perceptif visant à détourner les limites de cet appareil visuel dont est équipé notre corps. Nourrisant indirectement un film en boucle où se cumule par superposition évasive (une mémoire en efface une précédente) les images de présence des visiteurs qui se superposent en synchromisme spacial sur les images d'une forêt laurentienne. Système de mise en mémoire perverse et détournée afin de laisser voir la complexité du temps et l’importance de l’angle.

Voir se voir.

 

En coproduction avec Recto Verso, cette installation fut réalisé grâce à l’appui technique de: Dave Jones, Keith McMillan, Mériol Lehmann, Caroline Ross, Œil de Poisson, Avatar.

 

Appui financier du Conseil des arts et des lettres du Québec.